Journée mondiale du syndrome d’alcoolisation fœtale

Le 9 septembre 2019 a lieu la journée mondiale du syndrome d’alcoolisation fœtale.
L’HAS recommande de « demander systématiquement aux femmes désirant une grossesse, aux femmes enceintes et aux femmes venant d’accoucher leurs habitudes de consommation d’alcool (…). »
Pour questionner en systématique toutes vos patientes sur leurs consommations, vous pouvez utiliser le RPIB (Repérage précoce et intervention brève) et des supports spécifiques:
› Questionnaire FACE
› Questionnaire AUDIT
La future mère n’est pas la seule responsable de l’application de ces recommandations. Le message s’adresse aussi à l’entourage familial, social, professionnel :
› “Ne proposez pas d’alcool à une femme enceinte ou qui allaite“.
› “Créez les conditions qui lui permettront de participer aux moments de convivialité sans devoir consommer de l’alcool : la grossesse ne doit pas exclure la femme enceinte de la vie sociale.
Il est normal de rencontrer des difficultés à stopper ses consommations alors que la force de l’habitude, les sollicitations de l’entourage ou le simple plaisir de boire multiplient les tentations et les occasions de consommer.

C’est aussi le bon moment pour le partenaire de se questionner sur ses propres consommations d’alcool et l’occasion, en cas de difficultés, de se faire aider par un accompagnement spécialisé.

 

Source: Agence Régionale de Santé de Normandie
Menu